in

Nourrir son chat : 10 gestes à appliquer ou à éviter

Crédits : iStock / Lightspruch

Parmi les nombreux gestes que l’on effectue au quotidien pour assurer le confort de nos animaux, leur donner à manger est sans aucun doute le plus élémentaire. Mais c’est aussi l’un des plus importants lorsque l’on sait à quel point l’alimentation permet d’influer sur la santé et donc le bien-être… Alors autant adopter les bons réflexes en la matière ! 

Les gestes à adopter… 

Lui garantir un apport suffisant en eau 

Au même titre que la nourriture, l’eau est indispensable et contribue à une bonne santé : elle constitue plus de 60 % du poids total d’un chat adulte. Disposez donc plusieurs points d’eau dans la maison, aux endroits que votre chat affectionne particulièrement. Ce qui nous amène au point suivant.

Le nourrir avec des aliments humides 

Pourquoi ? Déjà parce que cela permet de mieux l’hydrater. Mais aussi car c’est l’occasion de diversifier son alimentation. La nourriture humide type pâtée est également moins calorique et possède une teneur en protéines plus importante. À ne pas négliger, donc.

Adapter son alimentation 

Selon chaque chat, les besoins sont différents. Un chaton n’aura pas les mêmes besoins qu’un chat adulte ou senior, et tout dépend encore de leur profil de santé : stérilisé, malade du rein, etc. À chaque matou son régime particulier. Le meilleur moyen de connaître ce qui lui convient le mieux reste d’en parler à son vétérinaire.

Privilégier les protéines

Si on peut le nourrir avec des fruits et des légumes, ces aliments ne constituent pas un régime à part entière pour un chat. Ils sont pour la plupart inutiles pour leur organisme, lorsque ce dernier est en mesure de les assimiler… Veillez donc toujours à ce que la viande fasse partie des ingrédients principaux de leurs gamelles, avant les céréales et le riz !

Laissez-le jouer avec la nourriture

Ce que les humains ne peuvent pas faire, les chats le peuvent… Et c’est valable pour jouer avec leur nourriture ! Un pipolino ou une gamelle ludique, quoi de mieux pour titiller leur instinct de chasseur ? Cela les stimulera physiquement et mentalement, ce qui est plus qu’idéal pour leur bien-être. C’est aussi une solution toute trouvée pour éviter la gloutonnerie !

chat mange
Crédits : Sergey Pakulin/iStock

.. Et ceux à oublier

Trop le nourrir 

Bien sûr, ne pas vouloir que son animal ait faim est un comportement louable. Mais que monsieur soit obsédé par la nourriture ne doit pas vous amener à trop remplir sa gamelle. N’oublions pas que l’obésité est une des affections les plus répandues chez les chats. Les vétérinaires recommandent entre 25 et 35 calories par kilos de votre animal, mais un rendez-vous chez votre vétérinaire est préférable pour adopter des portions adaptées.

Stop aux restes de table 

On a tendance à penser à tort que les chats sont omnivores, mais ils sont avant tout carnivores. Si un morceau de poulet par dessous la table ne leur fait bien sûr pas de mal de temps en temps – quoique la prudence est de mise avec les os -, le meilleur régime est celui qui respecte leur nature.

Le laisser grignoter toute la journée

Point de buffet à volonté pour nos amis félins ! Cela peut les rendre léthargiques et apathiques. N’oublions pas que le chat est un animal à l’instinct chasseur, qui doit donc guetter sa nourriture. Privilégiez plutôt 4 ou 5 repas par jour en petites portions.

Nourrir ses deux chats ensemble

Si vous avez la chance de posséder plusieurs matous, la première étape est de faire en sorte qu’ils aient tous les deux leur propre gamelle. Ensuite, veillez à ce qu’ils mangent chacun dans leur coin, voire dans des pièces différentes pour éviter tout stress dû au partage ou au vol de la nourriture.

On ne lui donne pas de nourriture pour chien

On peut être tenté·e de fournir la même nourriture pour son chat et son chien, mais c’est une très mauvaise idée. Ces animaux n’ayant pas les mêmes besoins nutritifs, donner de la nourriture pour chien à votre chat risque de provoquer des carences, par exemple en taurine (que les chiens fabriquent naturellement et dont leur nourriture est donc dépourvue).