in

5 raisons de ne PAS adopter votre chat en animalerie

Crédits : iStock
5 raisons de ne PAS adopter votre chat en animalerie
noté 5 - 6 votes

Cela fait plusieurs mois que vous y réfléchissez, mais ça y est, vous êtes fin prêt à adopter un petit chaton. Vous avez réussi à vous dégager du temps pour pouvoir l’accueillir sereinement chez vous les premières semaines et vous avez également pris conscience de l’engagement et de la responsabilité que cette adoption impliquait. Désormais, il ne vous reste plus qu’une chose à faire : trouver votre futur compagnon à quatre pattes. Pour cela, vous pensiez vous tourner vers une animalerie. Un conseil, laissez tomber immédiatement cette idée. Voilà pourquoi.

1. Ne pas être complice de pratiques cruelles

Garder des chatons toute la journée dans une vitrine, sans jamais les laisser sortir ni avoir le moindre contact avec le monde extérieur et sans aucune affection, vous trouvez ça normal ? Les animaux ne sont pas des “produits”, comme certaines animaleries l’indiquent sur leur site internet. Si vous ne voulez pas encourager de telles pratiques, tournez-vous plutôt vers un élevage ou un refuge.

chaton couché dort panier
Crédits : iStock

2. Ne pas douter de la provenance de votre chaton

Certaines animaleries affirment communiquer le pays et l’élevage d’origine des chatons en toute “transparence”, mais d’autres ne prennent même pas cette peine. Il n’est pas rare que les chatons vendus en animalerie soient issus de pays étrangers, notamment de l’Europe de l’Est. La raison ? Des chatons “de race” peuvent ainsi être achetés à moindre coût puis revendus au prix fort.

Les chatons ont donc le plus souvent été arrachés subitement à leur mère pour être placés dans des camions et faire des milliers de kilomètres dans des conditions d’hygiène déplorables et pour le moins stressantes jusqu’en France.

chaton câlin
Crédits : iStock

3. Ne pas adopter un chaton malade

Les chatons vendus en animalerie ne sont, pour la plupart, pas encore sevrés. Ainsi, ils ne parviennent pas à développer suffisamment de défenses immunitaires pour se protéger d’éventuelles infections. Au vu des conditions d’hygiène et de promiscuité dans lesquelles ils évoluent, il n’est pas rare que ces chatons soient vendus malades, avec des malformations ou meurent même quelques jours après avoir été adoptés.

chaton
Crédits : Roxanne Desgagnés/Unsplash

4. Ne pas adopter un chaton qui n’est pas équilibré

Les chatons vendus en animalerie ont plus de risques de développer des troubles du comportement que les autres. En effet, le manque de sevrage, associé au voyage en camion particulièrement traumatisant et au manque de contact avec le monde extérieur, a pour conséquence d’en faire des chats craintifs, voire même agressifs.

Crédits : Q’AILA/Unsplash

5. Penser aux “invendus”

Vous avez déjà pensé au sort des chatons qui n’ont pas été adoptés ? En effet, que deviennent ces animaux une fois devenus moins “mignons” et ayant ainsi perdu toute chance d’être adopté ? Les animaleries refusent catégoriquement de communiquer sur le sujet mais tout laisse à penser que ces “invendus” ne leur étant plus d’aucune utilité, ils soient euthanasiés ou confiés à des laboratoires.

chaton
Crédits : Freddie Marriage/Unsplash

Source

Vous aimerez aussi : 

Adoption d’un chaton : comment préparer son arrivée ?

Adoption d’un chaton : que faire à son arrivée ?

7 accessoires indispensables pour l’adoption d’un chat