in

Chaton non sevré : quels sont les risques ?

Crédits : iStock

On ne cesse de nous le répéter : il est primordial de respecter la période de sevrage du chaton. Et, contrairement à ce que l’on pense, elle ne s’arrête pas lorsque l’animal est capable de s’alimenter seul, vers l’âge de 6 semaines. Mais pourquoi, au juste ? Quels sont les risques d’un sevrage trop précoce ? 

Le sevrage, à quoi ça sert ? 

La période que passe le chaton avec sa mère, c’est-à-dire de sa naissance jusqu’à l’âge de 3 mois environ, est absolument indispensable pour son développement mental mais aussi pour développer ses défenses immunitaires. Cela lui permet tout simplement d’apprendre à devenir un chat. Ainsi, il apprend comment manger seul, comment faire sa toilette, comment se comporter avec les autres chats, comment être propre, comment jouer sans faire mal, comment se contrôler, etc.

Sans l’éducation de leur mère, les chatons ressentent non seulement un gros manque affectif mais en plus ils ne savent pas comment agir dans la vie de tous les jours, ce qui peut occasionner chez eux un profond mal-être. Ainsi, il est très important de ne mettre des chatons à l’adoption qu’une fois que leur mère les a rejetés après leur avoir inculqué tout ce qu’ils devaient savoir.

Ce moment clé n’intervient pas au bout de 6 ou 8 semaines, comme on pourrait le croire, mais plutôt au bout de 3 mois. Or, nombreux sont les chatons qui naissent dans des élevages ou chez des particuliers et qui sont dits “prêts à l’adoption” dès l’âge de 2 mois. Si vous avez pour idée d’adopter un chaton mais que vous voulez vous assurer qu’il est suffisamment âgé, il vous faudra savoir repérer les signes qui vous permettront de déterminer son âge. N’hésitez pas à lire notre article sur le sujet !

chaton roux câlin enfant
Crédits : iStock

Les risques pour un chaton non sevré

Il est nécessaire de faire très attention à l’âge du chaton lorsque l’on souhaite adopter. En effet, un animal non sevré risque de développer de graves troubles du comportement, comme :

  • de l’hyper-attachement à ses humains,
  • une certaine agressivité envers ses humains ou ses congénères,
  • l’incapacité à contrôler ses morsures et ses griffures lors du jeu,
  • de la malpropreté,
  • de l’hyperactivité,
  • des difficultés d’adaptation et d’autonomie.

Pire, certains chatons, s’ils sont séparés trop tôt de leur mère, peuvent même en mourir…

Source

Vous aimerez aussi : 

Chaton non sevré : 6 conseils pour bien le nourrir

Voilà pourquoi votre chat vous suit partout

Donner du lait à son chat : bonne ou mauvaise idée ?