in

Les chattes ont-elles leurs règles ?

chat couché
Crédits : MelanieB91/Pixabay

Vous êtes, depuis peu, l’heureux propriétaire d’une chatte et vous avez pu observer de légères pertes de sang chez cette dernière ? Ce n’est pas forcément bon signe et on vous explique pourquoi !

Les chaleurs chez la chatte

Les premières chaleurs apparaissent chez la chatte une fois qu’elle a atteint sa maturité sexuelle, c’est-à-dire vers l’âge de 4 à 9 mois, en fonction de sa race, de son poids et de son mode de vie. En effet, en règle générale, une chatte est mature sexuellement une fois qu’elle a atteint les deux tiers de son poids adulte. Par ailleurs, une chatte qui vit la plupart de son temps en appartement atteindra sa maturité sexuelle plus tard qu’une chatte qui passe tout son temps à l’extérieur. En cause ? La luminosité.

Normalement, les chattes sont en chaleur plusieurs fois au cours de la saison de reproduction, qui a lieu de février à septembre, au moment où les jours sont les plus longs.

Cependant, les chattes d’intérieur peuvent être en chaleur toute l’année, même en hiver, leurs hormones étant toutefois perturbées par les lumières artificielles. En effet, tant qu’elle ne s’est pas accouplée et qu’elle n’est pas tombée enceinte, une chatte a ses chaleurs toutes les deux ou trois semaines.

Cette période des chaleurs est aussi appelée oestrus et dure entre 4 et 10 jours, selon la chatte. S’ensuit une période d’inactivité d’environ 15 jours, appelée dioestrus. L’oestrus et le dioestrus composent le cycle oestral de la chatte.

Les chattes ont-elles des pertes de sang ? 

Durant cette période, il est également possible d’observer de très légères pertes de sang chez la chatte. Cela peut se traduire par de petites taches de sang sur le sol ou sur le lit. Toutefois, cela reste particulièrement rare. Ainsi, si vous constatez que votre chatte saigne, mieux vaut appeler votre vétérinaire. En effet, il peut en réalité s’agir d’une fausse couche, d’une infection de l’utérus ou de toute autre affection plus ou moins grave.

chatte en chaleur
Crédits : iStock / Konstantin Aksenov

Ainsi, on ne peut pas dire que les chattes ont leurs « règles ». En effet, contrairement à la femme, il ne s’agit pas d’un cycle menstruel au cours duquel la muqueuse utérine se détache du corps une fois tous les 28 à 38 jours. De plus, les chattes ne sont pas censées avoir de pertes de sang, contrairement aux chiennes.

Le comportement d’une chatte en chaleur

Lorsqu’elle est en chaleur, une chatte passe rarement inaperçue. En effet, elle a tendance à devenir particulièrement agitée et excessivement affectueuse, à se frotter contre tout ce qu’elle trouve, à se rouler par terre, à montrer ses fesses à tout va, à tenter de sortir à l’extérieur par tous les moyens et à pousser des miaulements rauques vraiment très insistants.

Dans ce cas, il existe quelques astuces pour tenter de l’apaiser. Le fait de la distraire, par le jeu notamment, fonctionne plutôt bien. Cependant, lorsque le jeu s’arrête, les comportements quelque peu excessifs ont tendance à reprendre. Ainsi, il est également possible de lui offrir un coussin chauffant sur lequel se reposer, ce qui aura un effet calmant certain. Des produits calmants (homéopathiques ou phytosanitaires) existent aussi. Mais mieux vaut d’abord en parler à un vétérinaire.

Enfin, si rien ne fonctionne, la méthode ultime pour en finir une bonne fois pour toutes avec les chaleurs d’une chatte est… la stérilisation ! Stériliser une chatte n’est pas un acte barbare, contrairement à ce que certains pourraient croire. Bien au contraire, cela peut permettre tout d’abord de mettre un terme à tous les étranges comportements adoptés par l’animal durant ses chaleurs. Et il ne s’agit pas ici d’une simple question de confort de vie. Cela pourrait en fait également lui sauver la vie. Et pour cause, pour s’accoupler, une chatte en chaleur peut aisément se mettre en danger, en fuguant de chez elle par exemple ou en omettant totalement l’environnement extérieur source de dangers (voitures, fossés…). Et pour cause, durant cette période si particulière, elle est focalisée sur son instinct de reproduction. Plus rien d’autre ne compte.

Mais ce n’est pas tout. Il ne s’agit pas d’un mythe, le fait de stériliser son chat est un bon moyen de limiter le risque de maladies de l’appareil reproducteur (tumeurs, kystes, infections…). Et, contrairement à une légende urbaine, une chatte n’a pas besoin d’avoir une portée avant d’être stérilisée.