in

Votre chat fait des bêtises ? Voici LA bonne façon de réagir !

Crédits : iStock / Anna_Hirna

Éduquer un chat n’est pas une tâche aisée, surtout lorsque ce dernier a une fâcheuse tendance à faire des bêtises et à rester de marbre face à notre agacement. Ainsi, lorsque votre félin casse un objet, vous savez rester courtois, mais lorsqu’il fait preuve d’agressivité envers vous ou vos proches, vous avez du mal à contenir votre colère. Mais faut-il vraiment le punir ? Si oui, de quelle façon ? 

Il faut bannir la punition au sens où on l’entend

Même si votre chat adopte un comportement indésirable, vous ne devez en aucun cas faire preuve de violence envers lui. À noter que nous parlons ici de violence physique mais également de violence psychologique.

Ainsi, le frapper pour le discipliner est bien évidemment une mauvaise idée, tout comme lui crier dessus, lui jeter de l’eau à la figure ou encore l’enfermer dans un coin pour le punir. Et ce même s’il vous rend chèvre à force de recommencer les mêmes bêtises, voire même d’en inventer constamment de nouvelles.

Alors certes, nous sommes tout à fait conscients qu’au coeur de l’action vos réflexes humains prennent le dessus et que vous avez probablement tendance à agir sur le coup de l’émotion. Mais vous verrez, si vous parvenez à contrôler vos réactions, ce sera beaucoup plus efficace qu’une simple punition. Mais alors, si vous ne pouvez pas le punir, que devez-vous faire ? On vous l’explique tout de suite !

Privilégier une éducation positive

Vous entendez peut-être parler d’éducation positive à tout va, que ce soit avec les animaux ou avec les enfants. Mais il y a une raison à cela. En effet, il ne s’agit pas d’une nouvelle mode qui se veut bienveillante et un peu niaise, mais bien d’un système d’éducation qui fonctionne vraiment.

chat présentation
Crédits : dima_sidelnikov / iStock

Il est cependant difficile d’abandonner nos vieilles croyances qui placent l’autorité et la punition comme des moyens imparables pour se faire obéir. Nous n’avons donc qu’un conseil à vous donner : essayez et n’hésitez pas à partager votre expérience avec nous.

Comment réagir face à un mauvais comportement ? 

Tout d’abord, il vous faut comprendre que si votre chat fait des bêtises, ça n’est en aucun cas dans l’intention de vous provoquer. En réalité, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un animal qui possède des instincts sauvages.

Ainsi, s’il fait ses griffes sur votre canapé malgré votre interdiction, ce n’est pas par méchanceté mais parce qu’il obéit à ses pulsions de marquage de territoire. De même, s’il vous mord ou vous griffe sans raison apparente, c’est parce que votre attitude lui a fait penser qu’il était menacé. En somme, il est indispensable de comprendre qu’il a toujours une « bonne » raison d’agir comme il le fait, de son point de vue félin en tout cas.

Mais alors comment réagir ? Comment faire pour que votre chat puisse apprendre la différence entre les bons et les mauvais comportements ?

1. Encourager, féliciter, récompenser 

Premièrement, il faut toujours récompenser votre chat lorsqu’il adopte un comportement autorisé. Par exemple, s’il a tendance à faire pipi partout, pensez à toujours le féliciter et à le récompenser à l’aide de friandises ou de jouets à chaque fois qu’il fait ses besoins à l’intérieur de sa litière.

2. Détourner son attention

Une seconde chose à faire est de détourner l’attention de votre chat des lieux ou des objets interdits. Pour cela, vous devez aménager votre intérieur de façon à ce qu’il puisse avoir à sa disposition des objets stimulants et enrichissants qui répondent à ses besoins de félin. Ainsi, proposez-lui un griffoir, un arbre à chat, un hamac, des étagères murales à escalader, des cachettes…

3. Rester ferme

Et surtout, sans jamais vous énerver, veillez à toujours rester ferme. Par exemple, lorsqu’il vous mord ou vous griffe alors que vous êtes en train de jouer avec lui, arrêtez immédiatement le jeu en prononçant un « Non » ferme. Et ne reprenez qu’une fois qu’il vous aura lâché et se sera calmé. Vous devez lui faire comprendre que, malgré tout le respect que vous avez pour lui, c’est vous qui décidez.